La grossesse est une étape fabuleuse dans la vie d’une femme. Donner la vie est un acte magnifique, qui peut néanmoins engendrer une grande fatigue chez la future maman. Ainsi, pour vivre au mieux votre grossesse, la loi prévoit un congé maternité.
Ce congé maternité comprend un congé prénatal et un congé post-natal.

Quelle est la durée du congé maternité ?

La durée du congé maternité varie selon votre situation familiale.

Si vous attendez votre premier ou votre deuxième enfant, et que votre premier enfant est à charge, votre congé maternité comprend 16 semaines. Ces semaines sont réparties en 6 semaines de congé prénatal et 10 semaines de congé post-natal.

Si vous attendez votre troisième enfant et que vos autres enfants sont à charge, votre congé maternité comprend 26 semaines. Ces semaines sont réparties en 8 semaines de congé prénatal et 18 semaines de congé post-natal.

Si vous attendez des jumeaux, votre congé maternité comprend 34 semaines. Ces semaines sont réparties en 12 semaines de congé prénatal et 22 semaines de congé post-natal.

Si vous attendez des triplés ou plus, votre congé maternité comprend 46 semaines. Ces semaines sont réparties en 24 semaines de congé prénatal et 22 semaines de congé post-natal.

Comment est indemnisé le congé maternité ?

Afin de compenser la perte de salaire durant votre congé maternité, la Sécurité sociale verse des indemnités journalières. Ces indemnités journalières vont sont versées directement, si votre entreprise ne pratique pas la subrogation. En revanche, en cas de subrogation, votre entreprise maintient votre salaire, et les indemnités journalières sont versées à votre employeur.

Pour ce faire, il convient de déclarer votre grossesse avant la fin de la quatorzième semaine en renvoyant à votre organisme d’assurance-maladie-maternité le volet de l’imprimé “Premier examen médical prénatal” remis par votre médecin, votre sage-femme ou votre gynécologue.

L’indemnité journalière de maternité est calculée sur la moyenne des salaires des trois derniers mois précédant le congé, dans la limite du plafond de la Sécurité sociale.

Sous quel délai doit-on informer son employeur de sa grossesse ?

Il n’existe aucune obligation d’informer votre employeur de votre état de grossesse avant de partir en congé maternité.
Néanmoins, vous devez le faire si vous souhaitez bénéficier des avantages légaux. De plus, il est recommandé de prévenir votre employeur à l’issu de votre premier trimestre de grossesse, afin de lui permettre d’anticiper votre départ et votre remplacement. Vous avez la possibilité de prévenir votre employeur verbalement ou par écrit.

Congé maternité

Peut-on décaler un congé maternité ?

Il est possible d’avancer le début de votre congé prénatal de 14 jours calendaires. Ce congé est appelé congé pathologique. Il peut vous être accordé par le professionnel de santé qui suit votre grossesse, si votre état le justifie. (fatigue, trajet, grossesse compliquée…) Ce congé est indemnisé comme de la maternité par la Sécurité sociale.

A contrario, si votre grossesse se passe très bien, vous avez la possibilité de reculer la date du début de votre congé prénatal. Pour un tel report, vous devez produire à votre caisse d’assusrance maladie-maternité ainsi qu’a votre employeur, un certificat médical, établi par votre médecin ou votre sage-femme. Ce document doit attester que votre état de santé vous permet de prolonger votre activité professionnelle avant la naissance de votre enfant. Néanmoins, ce report ne peut excéder une durée de 3 semaines. Ces 3 semaines seront automatiquement reportées sur votre congé post-natal.

En cas de dépassement du terme lié à l’accouchement, que se passe t-il ?

Dans le cas où vous accouchez après la date présumée, vous bénéficiez du congé prénatal jusqu’à la date effective de l’accouchement. Dans ce cas, le congé postnatal auquel vous avez le droit ne sera pas réduit.

A noter ! A l’issu de votre congé maternité, vous avez la possibilité de bénéficier d’un congé parental.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here